19 décembre 2007

La gloire, derrière la plante en pot

Coup de fil samedi après-midi :
- Bonjour, c'est Roy de Cool modeling. Tu es libre mercredi ?

- Oui, c'est pour quoi ?

- De la figuration dans une pub. Contrat de 12h, rendez-vous à 4h30 du matin.

- Heu... d'accord

- C'est en maillot de bain, il faudra danser autour d'une piscine

- Heeeeeeeuuuu... d'accord


Et puis en fait, je me suis dit que c'était pas terrible cette histoire de maillot. C'est pour une pub israelienne, mais les images circulent vite sur internet. Alors lundi j'ai recontacté Roy, disant que je ne voulais pas le faire. "No problem ! Et si tu veux demain, il y a autre chose, en femme d'affaire". Ah, ça me convient mieux, ça, ça marche pour demain. "N'oublie pas d'apporter un Tshirt rouge ou blanc" (finalement j'y suis allée en jean, et Tshirt rouge)

Le lendemain, réveil à 4h15, après une nuit très courte. A 5h15, je suis au point de rendez-vous. La dame qui nous attend me dit qu'on sera 20 figurants, et que c'est une pub pour Yoplait, d'où le rouge et blanc. On embarque dans un minibus pour aller sur le lieu du tournage, pas très loin de là. D'abord l'assistant du costumier vérifie nos tenues, puis les filles passent chez le coiffeur. Je ne connaît pas la mode en Israël, mais cette coiffure néo-70's dont on m'affuble est un peu étrange. Ensuite, petit déjeuner. Au menu : du riz, de l'omelette, du porc. A 6h du mat', ça ne m'était encore jamais arrivé. Mais je ne sais pas quand sera le prochain repas, alors je mange avec appétit.

Ensuite on nous assigne nos places. L'action se passe dans la rue, devant un café, et nous sommes donc des clients en terrasse. Mon compagnon de table est un Américain sympa, habitué des tournages. On discute pendant presque 2h, le temps des répétitions et du tournage proprement dit. Mais je ne crois pas qu'on me fera, entre la caméra et moi, il y avait une plante en pot.




Ensuite ils tournent une autre scène, toujours devant un café, mais je ne fais pas partie de cette équipe. Donc on attend. On discute, jette un coup d'oeil au plateau, certains dorment, bouquinent, écoutent de la musique... Et o
n attend... Vers 11h30 on vient nous chercher. Mais c'était une fausse alerte ! A midi, les estomacs commencent à crier famine, mais je vois qu'ils commencent à remballer la cantine. Hé, on n'a pas mangé, nous ! Bon, finalement on nous appelle. J'ouvre ma boîte, je savoure la première bouchée et...

-"Maïwenn, tu peux venir prendre quelques photos ?" C'est Roy, mon agent, donc, qui veut mettre sa base de donnée à jour. Je ne peux pas dire non, c'est parti pour quelques photos. "Souris, souris pas, regarde ici, regarde là-bas, prends un air de prof..." (c'est quoi un air de prof exactement ?)

Fini, je retourne vers mon auge. La dame du matin revient : on déménage, prenez vos boîtes, vous mangerez dans le minibus.


Décidément !


Donc c'est parti pour la patinoire d'Esplanade, le tout nouveau centre commercial de Bangkok. Sur la glace glissent des patineurs et patineuses habillés de costume blancs moulants. Les filles ont des pl
umeau style Crazy Horse sur la tête. Pendant 2 minutes j'ai un peu peur : je n'ai jamais mis les pieds sur la glace, moi ! Mais en fait ce n'est pas notre boulot. Et d'ailleurs, nous voilà au chômage. Evidemment qu'on n'a rien à faire dans cette séquence. Donc on attend. Presque tous les gars dorment, les filles ont plus de tenue.

A 16h30, on nous libère finalement, chacun repart avec 1500 baths (30 euros). Je discute avec l'Américain du début, mais il ne sait pas non plus pourquoi on doit attendre alors que c'est évident qu'il n'y a plus de travail pour nous. Est-ce parce que la production nous paye pour une journée, donc on doit rester une journée ? Ou bien, ils regardent les rushs, et nous gardent sous la main au cas où ils feraient refaire ?


Mais bon, c'est comme ça. Le figurant est en bas de l'échelle, il ne sait pas ce qui se passe, il doit juste at
tendre d'être sollicité. Mais c'est très intéressant de voir comment ça se passe. Les techniciens sont constamment en mouvement. Mettez un projecteur ici. Non, reculez-le de 2 mètres. En fait non, c'était mieux avant. Mais rajoutez un cache noir sur la droite...



Pour ce qui est du scénario, je n'ai pas compris. Apparemment il y avait un héro mangeant du yaourt qui combat la mort, habillée à la Scream. Et une fille sexy avec l'effet bouffant de Marylin sur la bouche d'égoût. Peut-être que la pub sera sur youtube d'ici quelques temps !

9 commentaires:

Anonyme a dit…

ben oui , c'est çà le rôle du figurant : " wait and see " et quelquefois " mettez vous là ... il me faut 50 marcheurs .....après il faudra courir...." si tu dois dire un seul mot tu passes au stade supérieur : artiste .AM.

Gaï a dit…

tu nous donneras le lien

Maï a dit…

Il faudra d'abord que je trouve quelqu'un qui me traduise Yoplait en hébreu !

Léti a dit…

Maï around the world, tu nous raconteras comme c'est Israël ? ;-)
Tu sais, ça me fait penser aux militaires avant les cérémonies, ils ont répété, répété, répété, et puis le jour J ils attendent plus qu'ils ne défilent !

Anonyme a dit…

Waouhhh!! Ca y est une star!! Impressionnant! Vivement qu'on la voit cette pub!!

bizzz

sylvie

Sonka a dit…

Bouche d'égoût... J'ai mis un moment à comprendre de quoi tu voulais parler ! :D
Je crois que c'était plutôt une bouche de métro (ou genre), sinon dis donc, ça aurait fouetté !

Maï a dit…

Effectivement ça doit être une bouche de métro ;-)

Romain a dit…

ça date déjà mais ayant rendez vous demain matin avec le dit Roy je trouve ton témoignage très intéressant. Merci encore.

Maï a dit…

Bonne figuration !